Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

stephen morris

  • Bad Lieutenant

    Bad Lieutenant n'est pas seulement un extraordinaire Harvey Keitel sous la camera d'Abel Ferrara, non, c'est un nouveau groupe, enfin, nouveau, c'est vite dit, puisqu'il comprend 3 membres de New Order version 2001. Ben oui, New Order, c'est comme Windows, ça change de version régulièrement, vous n'aviez peut-être pas repéré la chose, mais la discrète Gillian Gilbert a été remplacée aux claviers par Phil Cunningham, lui même auparavant guitariste chez les tacherons Marion.....vous suivez ???

    Ce coup ci, c'est Peter Hook qui n'est pas là et lui, la discrétion, il ne connaît pas, la star de  NO c'est lui, donc Barney et ses 2 camarades (ne pas oublier le très invisible mais indispensable Stephen Morris) ont du créer un nouveau groupe en attendant de se rabibocher avec le plus grand bassiste du monde. Et dans tout ça, je n'ai pas parlé de Joy Division, Revenge, The Other Two...

    Et la je dis Stop, marre de voir Peter Hook bedonnant, défoncé, plombant la scène mancunienne de ses vieilles histoires et marre de lire Barney raconter comme Ian Curtis et lui-même étaient des joyeux comiques et se rappeler qu'il est d'abord là pour évoquer son nouveau groupe avant que les journalistes se barrent. Faut quand même être maso, pour supporter comme il présente son nouveau guitariste (Jake Evans) comme pourrait le faire un immonde vieux chanteur de Hard Rock qui croit trouver un Hendrix à chaque coin de rue.

    Bad Lieutenant n'est pas nul, non, il est inutile, vide, dispensable, parfois, il serait bon que les rèves finissent une bonne fois pour toutes.