Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

reservoir

  • Fanfarlo

    Dès fois, la vie est faite de petits plaisirs. Ce midi, après une courte nuit de sommeil (non, non, ce n'est pas ce que vous pensez, y a juste des gens qui bossent la nuit), en ouvrant ma boite aux lettres, j'ai eu le plaisir de trouver, outre le magnifique nouvel album de Grizzly Bear, le 1er album de Fanfarlo, en édition spéciale, dans une jolie boîte rouge. faut dire que ça fait un moment que je l'attendais.

    Fanfarlo, groupe londonien aurait du être la révélation de l'année, après quelques singles magnifiques depuis 3 ans, oui, mais voilà, problème de distribution, de maisons de disque, personne ou presque ne connaît ce groupe et surtout ce fut la galère pour le trouver, ni en magasin (c'te bonne blague), ni même sur le net. Heureusement, la maison Rough Trade est toujours là pour venir en aide à des amoureux transis dans mon genre.

    Donc, me voilà avec ce bel objet et tout de suite, le soleil est plus chaud, le sourire plus large et la bière plus fraîche. Fanfarlo, c'est de l'indie pop à son meilleur, un sens de la mélodie à la Cure, des guitares à la House of Love, on pourrait rajouter Andrew Bird et Beirut pour attirer les plus jeunes, une voix entre David Byrne et le chanteur de Clap your hands say yeah (oui, là, je sais, ça peut refroidir l'enthousiasme de certains).

    Bref, un bien bel album pour les mois qui viennent, en attendant la suite de leurs aventures.