Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pebbles

  • Pumice

    La finale de la Coupe du Monde de rugby est sur le point de commencer, des millions de regards plus ou moins ouverts (c'est sacrément loin, la Nouvelle-Zelande) se penchent sur ce petit pays, pour voir une trentaine de gros bourrins se rentrer dans le lard, à la recherche d'un ballon même pas foutu d'être rond. Parmi tous ces gens, combien connaissent l'oeuvre de Stefan Neville, alias Pumice ? Combien ont connu ce moment de grâce quand les 1ères notes distordues de Greenock vous atteignent les oreilles et vous obligent à stopper net toutes les actions en cours ? Combien ont retenu leur souffle sentant la fin du morceau venir trop vite, toujours trop vite ? 

    Je n'ose imaginer la réponse, alors pour moi ce matin, ça sera télé fermée et pebbles sur la platine, de toute manière, j'aime pas le sport !