Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeremy jay

  • Jeremy Jay

    Ami breton, voire français si tu possèdes le goût de l'aventure et une automobile en état de marche, le 20 février, annule tout, le repas chez belle-maman, la séance ciné avec ta copine, les heures supplémentaires..... Non, le 20 février, à partir de 19 heures, tu es à l'Omnibus de St Malo pour l'excellente collection hiver de  la route du rock.

    Déjà, pour te convaincre, sache que je serai là, au milieu de cette foule (j'espère) et que ne serait ce que me cotoyer une seule soirée vaut toutes les expériences du monde. Surtout et plus sérieusement, outre les très bons Archie Bronson Outfit, Titus Andronicus, les sympathiques John & Jehn et les moyens Chairlift (je serai à la buvette à 21h15), Jeremy Jay vient nous faire l'honneur de nous présenter son nouvel album.

    album-17371.jpgJeremy Jay c'est un jeune chanteur américain qui s'inscrit dans la lignée des plus grands (Bowie, Lou Reed Jonathan Richman...) et doit grâce à ses chansons pop-funk-glam-post punk soit devenir une star ou passer à coté du succès avant de faire l'objet d'un culte tenace dans 20 ans. Bref, si je vais à St Malo, c'est bien pour lui. Avant ce nouvel album, il m'avait scotché avec un premier EP "airwalker" puis son très bon " a place where we could go". Les mauvaises langues pourront toujours me dire que sa musique a été mille fois entendue, pourtant une classe folle comme ça, on n'en croise pas à chaque coin de rue. Arrangements sobres (magnifique production de Calvin Johnson), compositions concises à la Modern Lovers,  voix de crooner anxieux.....et on se dit que ce n'est que le début.