Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guns of brixton

  • The Clash

    51wGbZX-GWL._SS500_.jpg


     

     

     

     

     

    Qu'est ce que je peux bien dire de plus sur cet album qui n'ait jamais été dit ?

    Considéré par tous et toutes comme un des albums majeurs de l'histoire du rock depuis sa sortie en 1979, the Clash explose le punk en plein vol.
    En effet, si la rage des débuts est toujours présente, elle se retrouve surtout dans les paroles de Joe Strummer (chômage, drogues, terrorisme, nucléaire....) en particulier le tubesque London Calling, Spanish Bombs, the Guns of Brixton, Clampdown.....
    Musicalement, en effet, les Clash élargissent leurs palettes musicales (reggae bien sûr mais aussi rockabilly, pop voire Soul, R&B sur un morceau comme Rudie Can't fail ou the right profile) et rendent hommage aux grands anciens (reprise fidèle du brand new cadillac de Vince Taylor, pochette en hommage à Presley :

    51Vb13V80sL._SS400_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    La goutte d'eau qui fera bondir les puristes du mouvement punk sera également cette idée de Strummer et sa bande de sortir un double album, comme au bon vieux temps du prog rock. Certes, après moultes batailles avec CBS, il sera vendu au prix d'un simple, les Clash rognant sur leur propres royalties mais quand même, le coup est dur.

    Encore un mot sur la pochette : c'est la plus belle du monde !
    Prise sur scène à New York, Paul Simonon prépare à détruire sa basse avec énergie, le cliché du bassiste en plein vol dans une position d'équilibriste, ça c'est du rock'n'roll, les aminches. Pour la petite histoire, c'est bien la seule et unique fois que Simonon détruisit une basse sur scène.

    A l'écoute de l'album, ce qui m'a toujours marqué, c'est la cohérence du truc, le fait que sur les 19 titres (on pourrait toujours chipoter sur 1 ou 2), y a que des bombes, à faire bouger ton corps (Spanish Bombs, Brand new Cadillac), à te faire réfléchir (Strummer est un foutu parolier !). Bref , une heure de bonheur, du London Calling au train in vain. Perso, je kiffe en maousse grand le guns of Brixton, seul titre écrit par Simonon d'ailleurs


    Un chef d'oeuvre, un vrai, le seul des Clash sûrement