Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

erica pomerance

  • Erica Pomerance

    On est en 1968, Erica Pomerance, poête et réalisatrice de films documentaires invite quelques potes musiciens pour ce qui sera son unique album. Mélange de free jazz, Folk, rock psychédelique, c'est en tous cas, un joyeux bordel, Janis Joplin flirte avec Tim Buckley,  un vent de fraîcheur souffle sur l'ensemble.

    Bon, Erica Pomerance a beau être canadienne, vous l'avez compris, on n'est pas dans la même catégorie que Céline Dion, la voix est approximative voire limite à côté de la plaque, on hésite parfois entre la crispation et le fou rire (voire les quelques paroles chantées en français sur l'émouvant the slippery morning), ça part souvent en live complet mais ça brille également de mille feux. Les sessions n'ont pas du se faire qu'à l'eau claire mais ce joyeux bordel a fait naître une oeuvre singulière et tout à fait recommandée.