Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

electrelane

  • Electrelane - smalltown boy

    Retour aux affaires, je vous propose une note diapo pour commenter mes vacances.....non, je déconne. Ca se résume à quoi en terme de rock'n'roll ? A rien, j'ai raté des concerts tous près de mon lieu de villégiature, Moby, les têtes raides, c'est con, hein ? Bref, en tout et pour tout, un saut à la route du rock de St Malo, convaincu que je le fus de rencontrer un géant mayennais nais coiffé d'une étrange chaussette rose et entouré de ses sympathiques comparses. Avec eux, j'ai pu déguster Sebadoh (plus pop, Lou, plis pop !), les Suuns et déguster pendant Mogwai. Ces gamins m'ont lâchement abandonné pendant que Richard D. James faisait joujou avec ses ordinateurs. Le clou du spectacle fut néanmoins le fabuleux retour aux affaires (sur scène, quoi) des toujours excellentes Electrelane qui électrisèrent le sieur Myrrhmann extatique devant cette reprise de smalltown boy de Bronski Beat lui rappelant sa lointaine jeunesse.

     

     

  • Vie de con

    5 heures du mat, je me lève, douche rapide, café, clopes et en route pour le taf, 6 heures derrière une machine + 5 heures derrière un micro et un téléphone entrecoupés par un jambon-beurre-coca. On rentre, les gosses à récuperer, laver, nourrir et tout seul, car ma miss bosse aussi, avec un peu de chance, elle rentrera avant que je couche les monstres. Après, une douche, un café, une clope, ben oui, je bosse cette nuit, fin à 11 heures si tout va bien. Bon, ok, c'est pas comme ça tous les jours mais pas loin.

    Conclusions :

     

    - Faut pas s'étonner si ce blog végète

    - Vous seriez gentils d'arrêter de déconner avec les retraites, merci d'avance !

     

     

  • Electrelane

    6 ans d'existence, 4 albums : la carrière d'Electrelane fut brève mais intense. 4 filles de Brighton se réunissent à la fac pour une musique influencée par le krautrock, Stereolab, Syd Barrett mais aussi la vague noise américaine (Steve Albini produisit d'ailleurs 2 de leurs albums " the power out" et "axes").  Oscillant d'un album à l'autre entre des morceaux plutôt instrumentaux ou chantés, les 4 filles ont toujours su faire preuve de fougue et d'explosion dans un univers très carré et rigoureux, comme un docteur Frankenstein branché sur les guitares et les synthés Farfisa. Un grand groupe méconnu, à découvrir absolument.