Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

destroy the heart

  • house of love

    Dans la série des grands groupes oubliés et artistes sous estimés, il me parait difficile de ne pas parler de Guy Chadwick et de sa maison d'amour. House of Love fut les chéris de la presse musicale et de votre humble serviteur à la fin des années 80. Avec des hymnes pour ados boutonneux comme Christine ou Destroy the heart, ils furent les seuls à concurrencer les Smiths par ce mélange de fragilité, d'énergie (Terry Bickers était un foutu bon guitariste, capable d'en remontrer à Johnny Marr) et de grandiloquence. Les egos de Guy et Terry combinés à la lame de fond Stone Roses-Happy Mondays firent exploser le groupe, malgré leur tentative parfois pathétique de ranimer la flamme, mais en 2 albums et quelques concerts épiques, ils restent dans ma mémoire comme l'un des groupes symboliques de mes jeunes années. Bon, sur ces souvenirs de vieux con, je vous laisse avec Christine & co.