Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dave callahan

  • Moonshake

    Je suis con quand même (vous n'êtes pas obligés d'être d'accord !) mais depuis le temps que ma vie lamentable a virtuellement commencé, j'ai à peine esquivé le début d'un mot pour dire comme j'aime Moonshake, le groupe de Dave Callahan, après Wolfhounds.

    Un extrait de leur excellentissime EP big good angel me permettra à peine de m'auto-pardonner mais c'est déjà pas mal vu le peu de choses qu'on trouve sur youtube, à croire que le monde est sourd et desespérant

     

    Moonshake, Messieurs, Dames, enjoy ! :

     

     

    J'en remets une couche avec un extrait du fabuleux Eva Luna, leur 1er album et l'un de mes 1ers CD :

     

     

  • colère

    Hier, dernier conseil des ministres avant les vacances, tous les sbires de Sarko sont sortis fièrement avec le nouveau Carla Bruni sous le coude. En voyant ça, j'ai pensé très fort au Wolfhounds.

    Le groupe de Dave Callahan se rappelle à mon bon souvenir, dès que la colère monte, surtout quand le monde musical montre ce qu'il a de plus vil, de plus vide.
     

    Les Wolfhounds ont eu une carrière météorique, 4 albums et explosion en plein vol. Issus de la célèbre C-86 lancé par le NME aux côtés des Wedding Present, Pastels et autres Primal Scream, ils n'ont jamais connu le moindre succès. Pourtant tout était là pour qu'ils deviennent énormes, une guitare aussi géniale que celle de Johnny Marr, un sens mélodique inné et un chanteur extraordinaire aux paroles pleines de colère et de distance face à ce monde de merde.

     

    Lassé par tant d'insuccès, Dave Callahan partit former Moonshake où, comme l'indique le nom du groupe, il quitta les rivages d'une pop rock pour s'engager vers une musique de plus en plus expérimentale et hypnotique à la Can.

     

    Grand, très grand groupe, les voilà en 2006 pour fêter les 20 ans de cette fameuse caissette qui bouleversa l'univers musical anglais et le mien par la même occasion. L'image est tremblotante, mal cadrée, le son est pourri, les cheveux se font rares, les bides ont légèrement gonflé mais bon dieu que c'est bon !