Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

catherine wheel

  • Catherine Wheel

    Avec Catherine Wheel, je commence méchamment à attaquer la falaise pour faire le tour du shoegaze en une note par semaine. Même à la sortie de leurs 1ers albums en 1992, que je m'empressais d'acheter, je me rendais bien compte que shoegazer n'est pas toujours synonyme de génie. En effet, dès le début, on ne peut pas dire que les Catherine Wheel se distinguèrent par un sens de l'originalité, ni une capacité hors du commun à écrire le début d'un commencement d'une mélodie, non, là, on fait dans le lourd, le dense, le dramatique. Le 1er album s'appelait "ferment", leur mini-tube fut "black metallic", rien que ces 2 titres devraient vous donner une petite idée de la délicatesse du groupe. Bref, groupe moyen pour ne pas dire plus mais il fait partie de mes madeleines, rances, peut-être mais madeleines tout de même.  Ils ont du faire 4 ou 5 albums, je me suis arrété à 2, pas sur de les ressortir souvent mais impossible de s'en séparer.