Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

braids

  • Braids

    Ca y est, avec mes tout premiers achats de 2011, j'ai besoin soit de déménager, soit d'envahir mes voisins. Je m'explique : j'avais 2 pièces réservées pour ranger mes CD bien comme il faut, les uns après les autres, dans le bon ordre mais non là, ce n'est plus possible, ça ne rentre plus dans les étagères et je suis obligé de les empiler. Pour un maniaque comme moi, qui doit pouvoir trouver n'importe quelle chanson sur n'importe quel CD en 30 secondes, l'empilement, ça le fait pas, c'est au dessus de mes forces. Ma fille, la prunelle de mes yeux, la chair de ma chair, en tant que fille, a pris la décision unilatérale que le rose c'était pour les filles et donc a sorti tous les disques à la pochette rose pour les mettre dans un coin réservé aux filles, ainsi De La Soul partouzait avec le Gun Club et Cream. Malgré une certaine expérience et des années de yoga, thés au jasmin et fumettes décontractantes, j'ai failli l'encastrer elle-même dans sa maison de Charlotte aux fraises, elle-même rose. Bref, j'ai un problème de place, faut dire, quelle idée d'acheter un énième disque d'indie pop psychédélique, comme celui de Braids, groupe canadien, qui donne l'impression qu'on a retrouvé la chanteuse des Sundays chez Animal Collective ?

    L'album s'appelle "native speaker" et je ne sais pas où le ranger.