Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bob mould

  • Hüsker Dü

    Alors que Bob Mould s'apprète à sortir un énième mauvais album, il est temps d'avoir une pensée émue pour cet immense groupe qu'était Hüsker Dü qui, pendant les années 80, sauva le rock américain du marasme total en compagnie de Sonic Youth et quelques autres et inventa le son grunge-noisy rock qui éclatera quelques années plus tard avec Nirvana.

    Husker Du c'est un trio, Bob Mould donc, avec sa voix puissante et son physique de prof déménageur, qui par la suite créa Sugar (indispensable EP Beaster !) avant de sortir ses disques sous son nom avec plus ou moins de bonheur, ensuite à la basse, le bondissant et joliment moustachu Greg Norton qui devient restaurateur et pour finir, le puissant Grant Hart, batteur chanteur qui créa ensuite Nova Mob (indispensable Last Days of Pompeii).

     

    Husker Du c'était d'abord cette confrontation permanente entre Bob Mould et Grant Hart, à la fois dans la composition des chansons, le partage du chant mais aussi dans leur style et leur personnalité. Ainsi commençant comme un groupe de punk hardcore (voir l'étouffant premier album "land speed record"), Husker Du évolua rapidement vers une palette musicale plus large, entre décharges électriques et power pop mélodiques (reprise magnifique du eight miles high des Byrds). 3 chefs d'oeuvre au moins jalonnent leur discographie : "zen arcade", "new day rising" et pour finir en beauté "warehouse : songs and stories", album par lequel je découvris le groupe (dans les années 80, je commençais souvent par la fin). Je passais ainsi plusieurs mois à brailler modestement "standing in the rain" quitte à choper la crève, dès que l'occasion se présentait, soit plusieurs fois par jour en Normandie.