Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

carene - Page 2

  • Tunng

    Après l'excellente prestation de Pastoral Division (j'en reparle bientôt), les 6 Tunng investissent la scène de la Carène devant une petite chambrée. 1h30 de bonne humeur, de folktonica (Tunng c'est du folk dans l'espace), le groupe a l'air content, nous aussi, Bullets finit ce très bon concert, histoire de donner la pêche à tout le monde. Chouette soirée

     

  • Nadine Shah

    Jolie découverte pour ma pomme hier soir à la Carène à Brest. Dans le cadre du festival itinérant "les femmes s'en mêlent", l'étape finistérienne a eu le plaisir d'accueillir Julianna Barwick et Nadine Shah. J'avoue être venu pour Julianna et ne pas m'être intéressé plus que cela à la jolie Nadine. Je vais me précipiter sur son 1er album "love your dum and mad"pour rattraper cette erreur tant sa prestation d'hier soir m'a bien plu.

    On pense parfois à Marianne Faithfull, parfois à Patti Smith, son groupe assure juste ce qu'il faut, mais c'est bien la dame qui est mise en lumière, tant sa voix a scotché le timide auditeur que je suis.

     

     

     

     

     

  • Mendelson

    Hier, à Brest, je crois bien avoir vu mon concert de l'année avec la doublette Matt Elliott (j'y reviendrai plus tard) et surtout Mendelson. Pas la foule, c'est le moins qu'on puisse dire, mais tant pis pour les absents, ils ne savent pas ce qu'ils ont perdu, les pauvres. J'avance donc pas géné par la foule, me précipite au merchandising, n'ayant pas encore acheté leur dernier album et me procure donc le disque au grand plaisir du grand à lunettes derrière sa table, on discute le coup, le manque de public, les 33 tours toujours pas dispo et hop, il est temps de se précipiter devant la scène (c'était pas trop dur), quand après moultes réflexions, je me rendis compte que le grand à lunettes qui vendait ses skeuds, c'était Pascal Bouaziz lui-même. Bref, quelques instants de panique en éspérant ne pas avoir dit de conneries....Après un set de Matt Elliott relativement court, place à Mendelson : là, la claque, la classe, scotché dès "la force quotidienne du mal" en intro jusqu'au final "avant la fin"-"il n'y a pas  d'autre rêve" bouleversant.

    Comme le monde est mal fichu et sourdingue, rien ou presque du dernier album sur youtube, on replonge donc dans un vieux morceau :