Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bill callahan - Page 3

  • Les indispensables 2009

    On est le 20 décembre, avec un peu de chance, si je fais une note par jour, on arrivera au fameux top ten annuel réglementairemais vu que je reste une sacrée feignasse, je vais commencer tout de suite par l'album de l'année, l'indispensable, celui que j'écouterai encore dans 20, 30 ans, un disque intemporel, le seul disque qu'objectivement on peut qualifier de chef d'oeuvre, mais qui en plus me touche personnellement par cette fragilité, cette humanité, dont déborde le grand Bill Callahan.

    Yes, c'est lui, ce fabuleux "sometimes I wish we were an eagle" de Bill Callahan, un mec qui me ressemble (je suis quand même bien plus jeune que lui !), qui depuis les débuts de Smog est passé d'un jeune homme torturé limite autiste à l'équivalent d'un Neil Young, Lou Reed ou Scott Walker, pas moins, à la fois respectueux d'une certaine tradition folk rock américaine sans se laisser enfermer dans les diktats du genre.

    Bill Callahan ou bien l'histoire d'un homme bien, droit dans ses bottes et putain de doué. L'album de l'année tout simplement.

     

     

  • la route du rock 2009

    A la route du rock 2009 à St Malo, j'ai aimé :

    -La voix, l'humour et la classe de Mark Kozelek

    -La prestation de Tortoise, mélange savant de technicité et d'émotion, à la fois pointu et dansant

    -Revoir My Bloody Valentine, s'amuser de leur volonté de tout exploser

    - La petite St Vincent derrière sa grosse guitare, bien plus intéressante que sur son dernier opus

    - Les promesses entrevues par les concerts de Papercuts et The Present

    - Bouger mes guiboles intelligemment sur Four Tet

    - 2, 3 bricoles chez Deerhunter et Marissa Nadler

    - Bill Callahan

    - ëtre surpris par Andrew Bird, j'avais quelques doutes sur sa capacité à jouer live, il ne m'a fallu qu'un ou 2 titres pour changer d'avis

    - Le look du roadie d'Andrew Bird

    - Le courage de Dominique A, tout seul sur scène comme un grand, nous offrant en prime un magnifique inédit "manset" et une version tendue et sèche du courage des oiseaux"

    - La capacité de Grizzly Bear à retranscrire sur scène toute l'inventivité de leur musique

    - L'ambiance, les gens, les rencontres

     

     

     

  • Bill Callahan

    Ça faisait un petit moment que j'attendais qu'une video du nouveau Bill Callahan apparaisse pour vous en toucher un mot, voilà, c'est chose faite avec ce magnifique  "Jim Cain" qui ouvre donc le "sometimes I wish we were an eagle"

    o1988234.jpgAprès plusieurs écoutes, je peux déjà affirmer que cet album est meilleur que le précédent (et pourtant, j'en ai fait l'un des meilleurs albums 2007), qu'on retrouve comme sur les meilleurs albums de Smog cette capacité à mélanger noirceur et lumière ("I used to be darker/ Then I got lighter/ Then I got dark again." paroles de Jim Cain), classicisme et complexité, que Bill n'a jamais aussi bien chanté, qu'il est un songwriter hors pair et que cet album n'est pas prêt de me lâcher.

    Bref, 2009 a touché son chef d'oeuvre, maintenant ça ne va pas être facile de trouver la plus belle chanson de l"année entre ce poignant "Jim Cain" , le fantastique "too many birds", l'ebouriffant "the wind and the dove"......

     

     

     

     

    Puis, tant que j'y suis, un petit retour en arrière avec "I break Horses" pour s'apercevoir que les chevaux et Bill c'est une longue histoire et qu'il n'y a pas que sa voix qui a pris d l'ampleur !