Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Troy von Balthazar is with the demon

    Parfois, souvent même, à l'écoute de certains groupes, à la lecture de certains sites ou magazines, j'ai comme des envies de meurtres, même pas après le pauvre groupe qui essaye de gagner sa vie comme il peut mais contre les types qui décident de les porter aux nues alors que manifestement, ce groupe n'a aucun talent, juste par ce qu'ils sont jeunes beaux et généreux. Je ne citerais pas de noms, ils sont trop nombreux mais ce qui me gave c'est que à côté de ça, Neil Halstead sort une merveille, personne n'en parle et troy Von Balthazar sort un album cette semaine (chez vicious circles, la petite maison qui héberge les magnifiques Mansfield Tya) et personne n'en cause, et quand je dis, personne, c'est vraiment personne. Pourtant, mon dieu, Troy Von Balthazar, c'est Chokebore, c'est 2 albums solos remarquables. A l'heure où je tape cette note, j'ai à peine écouté son album (is with the demon....ça lui fera au moins un compagnon) mais rien que pour cette indifférence, j'ai déjà envie de l'aimer.

     

     

  • Human Teenager

    C'est une journée maussade, aujourd'hui, on n'a pas envie de se pencher sur les dernières nouveautés tellement on sent qu'on sera déçu. Le moral est tellement bas qu'on n'arrive pas à se décider à choisir parmi nos 3 500 disques prévus pour cette foutue ile déserte qu'on ne verra jamais.

    Il ne reste qu'une chose à faire, ranger son disque dur, à picorer de ci, de là et nettoyer tout l'inutile et le futile. Au hasard des fichiers, l'après-midi s'égaye quand on tombe sur ce human teenager, qui risquait devenir adulte sans que je ne m'en aperçoive. Bon, pour tout vous dire, 30 minutes après sa découverte, cet ado humain, je n'en sais pas grand chose (pas eu le courage de chercher aussi) mais leur animal husbandry m'a sacrément bien botté, mélange subtil de lo fi et d'electro.  Peut-être pas le 3 501ème album de mon île déserte mais je m'en vais de ce pas quérir cet intrigant objet.

  • Gillian Welch

    A la base, j'étais parti pour vous parler de l'excellent album de Letka, far off country, mais malheureusement, je n'ai rien pu trouver pour illustrer mon propos, quelques images et sons trop rares à mon goût chez tontube, rien de plus. Il n'en reste pas moins que le disque de ce duo cautionné et accompagné par Brian Eno est hautement recommandable. La solution de repli est de prendre l'original de la superbe cover qui finit cet album à savoir I dream a highway de Gillian Welch, que vous pouvez tous retrouver (si vous n'avez pas ça, courrez vous le procurer immédiatement, bande de mécréants !) en clôture de son time (the revelator), son plus bel album à ce jour.

     

     

    Letka quand même :