Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Swell

    Quand on se lance un peu n'importe comment dans l'idée d'un blog comme le mien, on espère entre 2 nouveautés ne pas oublier quelques groupes qu'on aime au plus haut point. Après 800 et quelques notes, on pourrait imaginer avoir fait le tour de ses poulains mais au hasard des écoutes, il m'arrive encore de me taper la tête contre les murs devant tel ou tel oubli. Ainsi, là, maintenant, me dire que je n'ai jamais pensé à vous dire comme je suis raide dingue de Swell, et ce, maintenant depuis plus de 20 ans, ça me donne des envies de me flageller.

    A 41 ans passés, eh bien (?) tout le monde veut savoir que quand je serais prêt, je pourrais vous dire que j'ai le béguin pour ces belles personnes, malgré trop de jours sans réfléchir. Pour ceusses qui comprennent cette phrase, respect éternel, pour les autres, je ne peux rien.

    Allez hop, une petite merveille issue de bastards & rarities :

     

  • Lucas Santtana

    Il ne fait guère de doutes quand je reprends le fil de ma vie lamentable que, à grands coups de New Order et Pavement, ma culture musicale se ballade surtout entre New York et Liverpool. Insupportable indie kid, comme nombre de mes petits shoegazers, j'ai eu trop tendance à me mirer mes british shoes sans me préoccuper du reste. Heureusement, l'ouverture d'esprit venant avec le nombre des années (euh...), depuis quelques tempss, j'ai progressé et  fait l'immense découverte qu'on peut chanter en finnois, en espagnol ou encore en portugais (même en français, c'est vous dire si j'ai évolué !). J'en suis arrivé à un tel état que parmi mes disques préférés de cette année, l'un d'entre eux "oh deus que devasta mas tambem cura" est l'oeuvre d'un quadragénaire brésilien, Lucas Santtana. Entre hommage à la musique brésilienne (une reprise de Tom Zé par exemple) et inspiration electronique, le monsieur nous embarque pour un voyage riche en émotions, même si comme moi on ne comprend rien au portugais.

     

  • Ether Island

    Pour le moment, Ether Island n'a semble-t-il sorti qu'un EP mais pour un 1er essai, c'est un coup de maître. 3 titres faits de rage et de fureur, de distorsion et de reverberation, c'est ce que nous propose ce duo, ex mythical beast avec ce single season of risk/be light sorti il y a quelques mois sur Not Not fun.Pour les fans de Bardo Pond ou spacemen 3, ça ne peut que plaire.