Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Eric Matthews

    Dans l'attente fébrile de découvrir en 2012 les nouveaux hymnes de Cardinal et suite à l'achat pour une bouchée de pain (c'en est même malheureux) de son fabuleux "it's heavy in here", je vous propose d'attaquer ce week-end en compagnie de bien trop méconnu Eric Matthews, le Van Dyle Parks des années 90.

  • Adjagas

    Ce soir , j'écoute du joik....pour ceux qui ne savent pas ce que c'est que le joik, c'est, 2 points ouvrez les guillemets :

    "Le joik (prononcez : « yoïk ») est le chant traditionnel du peuple saami. Issus des traditions chamaniques, exécuté a cappella, parfois accompagné du tambour traditionnel, le joik est d’abord un chant à vocation spirituelle avant de devenir un mode d’expression du peuple saami à la fin du XXe siècle."

    Les saamis ou les samis, c'est comme on veut, sont un peuple qui se baladent quelque part entre le nord de la Suède, la Finlande, la Norvege et la Russie, bref un coin où on se les géle sévère et où il est bon d'y avoir des samis à côté de chez soi (hum hum).les samis sont lapons mais ils n'aiment pas qu'on leur disent et faut jamais fâcher ses samis (...je m'enfonce là)

    Bon, j'avoue ma collection complète de joik se limite à l'excellent album d'Adjagas, duo norvégien sorti en 2005 et que je réécoute là maintenant avec plaisir. Mon norvégien étant très limité, je ne ferais guère de commentaires sur la profondeur des paroles et les puristes me rétorqueront que leur joik est quand même sacrément teinté d'electronica. Pour tout dire, qu'ils soient lapons ou pas, on s'en fout, Adjagas fait de laponne musique...ok, je sors.

     

  • Ed Harcourt

    Toujours dans les cartons en vue de mon futur déménagement, j'ai remis la main sur un artiste que je n'avais pas écouté depuis longtemps, il faut bien le dire, je l'avais carrément oublié et laché après ce 1er album. Le gars en question c'est Ed Harcourt, auteur d'un joli album romantique  il y a 10 ans du nom de "here be monsters". Certes, la réécoute de l'album me fait imaginer que j'avais encore du m'emballer sévère à l'époque et qu'on a là affaire à un bon album mais quelques notes par ci par là me ramènent à quelques moments sympathiques.