Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Arcwelder

    "gonna do myself a favor..." tu m'etonnes car ce fabuleux favor reste un de mes titres préférés de la scène indie-rock américaine du début des années 90. Arcwelder venait de Minneapolis et en quelques albums (indispensables pull et jacket made in Canada en particulier) cotoyait Husker Dü (la voix si proche de Bob Mould), Steve Albini et Girls vs Boys dans ce style post-hardcore où la simplicité des mélodies faisait face à une rythmique en plomb et des guitares saturées. Favor, Daydream, smile où comment pogoter avec romantisme.

     

  • Fink

    Ouf, ce n'est pas trop tard ! J'allais en effet complètement oublier de vous parler de l'un des plus beaux albums de l'année, à savoir le perfect darkness de Fink, ce folkeux à l'aise comme un poisson dans l'eau chez les électroniciens de Ninja Tune.

    Depuis 3, 4 albums, Fin Greenall nous balance ses chansons en apparence toutes simples mais à la tension palpable, à l'émotion à fleur de peau. Je crois bien d'ailleurs que c'est l'un des rares artistes de nos jours qui cherchent à à nous faire chialer, au moins à nous tirer une petite larme. Je me sens comme une jeune adolescente devant sa musique, à succomber à sa parfaite noirceur.

     

     

     

  • Bleubird

    Je suis tombé sur la video qui suit un peu par hasard, mais ça m'amène à quelques reflexions essentielles, histoire de bien m'achever en cette journée de glandouille intégrale :

     

    Où est-ce que j'ai bien pu foutre RIP USA ce magnifique album de Bleubird que je suis censé avoir et que j'aimerais bien, là, dans l'instant ?

    Pourquoi ne suis je pas belge ?