Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Marissa Nadler 2011

    Ma vie n'est pas si lamentable que ça car en fait, je produis de la musique et pas n'importe laquelle, celle de Marissa Nadler par exemple.....ça vous la coupe, hein ?

    Bon, relativisons le propos, en fait, je ne suis qu'un modeste contributeur au denier projet de Marissa Nadler via kickstarter, un des nombreux sites qui permet de financer divers projets par l'apport des internautes. J'y suis donc allé de ma participation et voilà, Marissa m'envoie son nouvel album un mois avant sa sortie officielle. C'est un peu con, mais je ne vous cacherai pas une certaine émotion à détacher l'enveloppe. L'émotion se transforma en fierté d'avoir modestement participé  tant cet album est bon, du même tonneau que son little hells d'il y a 2 ans.

     

  • The Fallen Angels

    Il serait quand même bien que de temps en temps je mette de côté toutes ces nouveautés sur lesquelles je me jette comme un mort de faim. Prenez les années 60, par exemple, musicalement, c'était pas mal non plus. En 1968, par exemple, Hendrix sortait Electric Ladyland, les Beatles étaient en blanc, les Zombies faisaient des fautes d'orthographe et les Kinks inventaient une obscure société, j'en passe et des meilleurs (astral weeks, Beggars Banquet....). Même si le public de l'époque semblait avoir meilleur goût qu'aujourd'hui, il passait également à côté de quelques disques mémorables comme le 2ème de Fallen Angels "it's a long way down", petit chef d'oeuvre de pop psychédélique. Malheureusement, face à une telle concurrence, les anges furent vraiment déchus avant une ultime tentative 30 ans (!!!!) plus tard.

     

     

     

     

  • Belong

    Belong - common era, où l'histoire d'une double rencontre. A la 1ère écoute, j'ai fait comme un rejet tant je trouvais que ce groupe allait trop loin dans cette volonté qu'on beaucoup de groupes d'aujourd'hui de replonger dans ces années 88-92 à pomper le loveless, le disintegration ou le nowhere. On était prêt à l'abandonner quand les commentaires plus positifs de quelques amis du net m'y ont contraint à y retourner. Au final, c'est un très bon album, me replongeant dans d'immenses souvenirs de jeunesse perdue.