Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Bill callahan - rough travel for a rare thing

    Sort ces jours-ci le nouvel album de Bill Callahan. Déjà ? me répondrez-vous, alors qu'on n'est même pas arrivé à se remettre du génial "sometimes I wish we were an eagle". En réalité, c'est un enregistrement live, qui date d'ailleurs de 2007 et donc ne reprend aucun titre du chef d'oeuvre de l'année dernière. Non, cet album, enregistré dans une petite salle, voit Bill Callahan couvrir toute sa carrière du Bathysphere issu de Wild love en passant par held ou cold blooded old-times tirés de Knock Knock (un disque que je dois réhabiliter rapidement !) et bien sur des titres enregistrés en solo comme diamond dancer. Au final, passée la petite déception de ne pas retrouver les perles de 2009 (et pour cause !), l'enchainement cold blooded old times- rock bottom riser ou le final bathysphere justifient l'achat de ce nouvel opus du grand Bill

     

    bill-callahan_rough-travel-for-a-rare-thing.jpg

     

     

     

     

     

     

     

  • Sam Amidon - I see the sign

    Plus que quelques jours à attendre (le 29 mars exactement) pour que Sam Amidon donne une suite à son "all is well". Ca sera donc chose faite avec ce "I see the sign". Comme on le voit sur cette video où il interprete un très beau "kedron", Sam va beaucoup mieux comme le prouve cette suite de pompes qui resteront dans l'histoire. Plus sérieusement, on retrouve cette voix chaude et claire et cette émotion toute simple. J'ai hâte.

     

     

     

  • Smog - wild love

    Bathysphere et it's rough sont tout  2 extraits de wild love, un de tout premiers albums de Smog et sans doute celui où Bill Callahan commença à s'extraire du lo-fi autiste qui caractérise ses 1ers oeuvres. Bien sûr, quand je dis ça, je ne dis pas que Bill se prend pour Phil Spector et fait péter l'orchestre symphonique, non, c'est tout simplement l'album où il se penche plus sur ses chansons que sur l'atmosphère. A l'époque de la sortie de Wild love, Bill approche de la trentaine, il sort enfin la tête de l'eau, vit en couple (avec Cynthia Dall dont je vous conseille aussi fortement le sublime untitled) et est presque heureux. Heureux, c'est un bien grand terme, disons que c'est l'album d'un mec qui redécouvre le monde avec tout ce que cela comporte de colères, d'incompréhension et de lueurs d'espoirs. Le 1er chef d'oeuvre de Smog qui préfigure de sa future évolution pour arriver jusqu'à l'immense "sometimes I wish we were an eagle".