Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 7

  • Blank Dogs

    Blank+Dogs+blankdogs.jpgJe vous présente le sympathique Mike Sniper de New York, certes, le coup du musicien masqué, caché ou invisible, on nous l'a déjà fait et je pense que le petit bonhomme a beaucoup écouté les Residents dans sa jeunesse. Pourtant, à l'écoute de son officiel 2ème album, cet absence de visage ne me surprend pas tant cette musique est un véritable ovni dans le paysage musical actuel. Blank Dogs, puisque c'est sous ce nom là que Mike Sniper officie, s'intègre certes parfaitement dans cette nouvelle scène new-yorkaise, faite d'influences novo post punk synth-pop , mais à la grande différence de nombre de ses camarades de studios, l'artiste sait faire des chansons......des chansons tordues, certes, à la voix traficotées, aux synthés vintage, aux guitares distordues, mais des chansons tout de même.

    Blank Dogs, c'est du New Order lo-fi, c'est Cure repris par Sonic Youth, c'est Suicide en maternelle, c'est Daniel Johnston qui s'introduit en douce dans le studio de Kevin Shields, et plein de choses encore, tout ça sur 2 albums et ne brouette pleine d'EPS, 7' et autres mini-CD. Si j'avais 15 ans en 2009, je me précipiterais sur ce groupe comme je me suis rué, et la filiation n'est pas déconnante, sur les Jesus & Mary Chain, alors que beaucoup de vieux cons les prenaient pour des Velvet Underground de pacotille. Mes 15 ans sont loin, je sais bien que dans la discothèque de Mike Sniper on retrouve plein de disques qui ont fait mon bonheur depuis des années et qui ont influencé sa musique, mais ses albums et en particulier son tout dernier "under and under" sont suffisament originaux et tordus pour faire mon bonheur

     

     

     

  • Slowdive

    Dans la famille "les shoegazers sont mes amis", l'épisode 2.Ben oui, on est mardi, je tiens ma ligne de conduite !

    Quelques uns pourraient s'étonner de la présence de Slowdive dans cette catégorie. En effet, on les a plus souvent rapprochés de la mouvance dreampop portée par Cocteau twins. En effet, par ces vois voix celestes, ces mélodies éthérées et féériques (on appelle pas ça dream pop pour rien), Slowdive rentre de plein pied dans ce style. Pourtant, l'influence de My Bloody Valentine, sur les 2 1ers albums de Slowdive, à savoir "just for a day" et "souvlaki" est indéniable à la fois par le look (le shoegazer ne connait pas le peigne) que par le son de guitare (le shoegazer connait les pédales d'effet). Slowdive est d'aileurs signé sur Creation, le label qui regroupe tous ces groupes chevelus et timides.

    Slowdive, par contre, ne se limite pas à ce seul style et prouve très vite qu'il n'est pas q'un groupe à guitares de plus. Dès leur chef d'oeuvre "souvlaki", ils élargissent leur palette par des touches  country-folk à la Byrds. Sur leur 3ème album "pygmalion", c'est l'électro minimaliste qui fait son apparition. La suite de leurs aventures, sous le nom de Mojave 3, ou en solo par Neil Halstead (à découvrir, le sieur Neil est pour le moment entrain de créer une oeuvre magnifique qu'on redécouvrira dans 20, 30 ans) confirmera qu'il y a une vie après le shoegaze.

     

     

     

     

     

     

     

  • The undertones

    The Undertones c'est comme la glace à la vanille, ça te fait saliver, ça coule tout seul, ça rafraichit et c'est à peine terminé que tu as envie d'en reprendre.

    La voix de Feargal Sharkey, cet alliage parfait de l'insouciance pop et de l'urgence punk, The Undertones sont magnifiques.