Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Deus

    J'y etais !

     

     

    Vous ne verrez jamais ma tronche, mais là, au tout début, vous entendez peut-être ma voix, enfin mon cri. Cette chanson de Deus est en effet capable de me rendre complètement maboul, comme un Kelly Slater dévalant sur la vague de sa vie.

    Soit dit en passant, si vous voulez bien vous bouger les fesses une fois par an pour bouffer des decibels, de la poussière, de la pluie et autres crêpes-saucisses, c'est à la route du rock de St Malo qu'il faut aller. C'est tous les étés vers le 15 août.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Steve Reich

    Franchement, je n'ai pas le temps de faire vivre ce blog, en effet, je prends des cours de pianos

     

  • David Kilgour

    Attention, génie !

    Bon, ok, celle-là, je vous la fais à chaque fois, mais, sur ce coup là, croyez-moi !

    David Kilgour est un musicien neo-zelandais, de l'incroyable ville Dunedin qui à la fin des 70s vit fleurir parmi les plus grands groupes de la terre.

    Avec son frère Hamish, il créa The Clean, en 1978  et l'histoire était en marche.

    En effet, dès leur  1er morceau, Tally-Ho, un fan décida de créer le meilleur label du monde, à savoir Flying Nun.

     

     

    The Clean inventa ce son si particulier à la scène neo-zélandaise, fait de guitares tranchantes et de rythmiques sèches comme des coups de trique, comme des Ramones intelligents et dignes des meilleurs Feelies.  Sans the Clean, pas de Pavement ni de Yo la Tengo. Vous allez me dire, sans le Velvet, pas de The Clean, mais c'est le cas de tous les groupes du monde dignes de ce nom

    Une fois n'est pas coutume, pour découvrir l'univers des Clean, précipitez vous sur une de ces 2 compilations : "anthology" ou la bien nommée "compilation"

     

    En 1991, David Kilgour se lança dans une carrière solo et sortit l'admirable "here comes the cars" sous haute influence reedienne et dylanienne, mais toujours avec cette originalité et franchise propres aux musiciens de Dunedin. C'est exactement le genre d'albums que je ressors systématiquement quand j'en ai marre de tous les buzz de la semaine, quand je ne supporte plus d'avoir le sentiment que tous les disques qui sortent sont calculés en fonction de courbes de vente et de plans media.

     

    Déjà, regardez moi cette pochette, vous avez déjà vu un musicien avec un air si simple ? En un coup d'œil, on a envie de devenir son pote, sachant qu'on pourra toujours compter sur lui, simple et solide comme tous les meilleurs amis. Un ami discret et définitivement touchant

    51ildSuKD2L._SS500_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Puis maintenant écoutez-moi ça :