Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • The House of love

    Et voilà, je vais encore me faire avoir. Chaque album maintenant a le droit à sa version deluxe avec son lot de faces B, de lives, d'inédits et de démos. La plupart du temps, j'arrive à résister (parfois une démo devrait rester une démo !) mais là, il s'agit du tout 1er album de The House of Love, triple version avec ses....oui, comme les autres mais le petit plus, le gros en ce qui me concerne, c'est qu'on y trouve leur extraordinaire, fabuleuse, monstrueuse reprise de I wanna be your dog, trouvable nulle part. Certes, en fouillant bien, je devrais remettre la main sur la cassette de ce 1er concert français lors du festival des Inrocks en 1988 si je ne m'abuse, mais bon, le son était pourri et j'ai plus de radio K7. Bref, on va investir, verser une petite larme sur ces temps bénis où Guy Chadwick était mon héros et Terry Bickers, le meilleur guitariste du monde.

     

     

  • John Cale - shifty adventures in nookie wood

    On a beau avoir quelques années au compteur, quelques milliers de disques écoutés, on arrive encore à trépigner comme un gosse. J'ai la chance maintenant de rentrer dans ma demeure pour couper avec le taf le midi (un putain de luxe, croyez-moi) et quelle ne fut pas ma surprise en ouvrant ma boîte aux lettres de voir une grande lettre cartonnée taille 33 tours en provenance d'Angleterre avec le petit logo Domino records !

    En 2 secondes, l'enveloppe est ouverte et sous mes grands yeux d'enfants, le dernier vinyle de John Cale : shifty adventures in nookie wood, avec un petit 45 inédit pour compléter le tout. pour finir de m'achever, la pochette est signée de Monsieur Cale lui-même. Déjà que quand je reçois un disque que j'ai commandé, je suis comme un gosse, mais là, juste pour avoir laissé un petit message sur le net...joie, bonheur et tout ça, tout ça ! Donc maintenant, je me la joue, John et moi, on est copain, il m'envoie ses disques, demain Lou Reed vient prendre le petit déj et Nico aussi... si elle était disponible.

    En plus, même si on n'en a pas beaucoup parlé de ce disque, il est très bon. 

     

     

     

     

  • Cosmos

    Cosmos est (a été en fait puisque cette histoire eut lieu en 2009) la rencontre entre 2 grands seigneurs de l'indie-rock américaine à savoir Richard Davies (Cardinal, Moles) et l'infatigable Robert Pollard (Guided by voices). Même si l'album déçoit un poil quand on connaît le CV des 2 bons hommes, ça reste du costaud, avec quelques unes de leurs meilleures chansons respectives dont le fabuleux sudden storms are normal (désolé pour la version qui suit, j'ai pas trouvé mieux). L'album s'appelle jar of jam ton of bricks.