Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Swell

Quand on se lance un peu n'importe comment dans l'idée d'un blog comme le mien, on espère entre 2 nouveautés ne pas oublier quelques groupes qu'on aime au plus haut point. Après 800 et quelques notes, on pourrait imaginer avoir fait le tour de ses poulains mais au hasard des écoutes, il m'arrive encore de me taper la tête contre les murs devant tel ou tel oubli. Ainsi, là, maintenant, me dire que je n'ai jamais pensé à vous dire comme je suis raide dingue de Swell, et ce, maintenant depuis plus de 20 ans, ça me donne des envies de me flageller.

A 41 ans passés, eh bien (?) tout le monde veut savoir que quand je serais prêt, je pourrais vous dire que j'ai le béguin pour ces belles personnes, malgré trop de jours sans réfléchir. Pour ceusses qui comprennent cette phrase, respect éternel, pour les autres, je ne peux rien.

Allez hop, une petite merveille issue de bastards & rarities :

 

Commentaires

  • Hello, à titre de complément, David Freel, leader et compositeur etc, qui avait mis (littéralement) entre parenthèses Swell à l'occasion de son retour aux activités vers 2009-2010 pour "South of the Rain and Snow", un opus principalement acoustique, a remis le couvert avec l'excellent "Be My Weapon" (nouvel alias) puis "Wendell Davis" (super nu alias). Il y a aussi les Lost Tapes qui dataient de la période bénite (niveau songwriting) et maudite (côté maison de disque) de "Too Many Days...".

    Tous les amateurs, donc toi BB, ont du s'engouffrer dans ces nouvelles galettes, qui après les albums en mi teinte des années 2000, ravivait l'esprit de Swell première période dans une modestie très artisanale. Beau sursaut créatif qu'on espérait plus, surtout pour "Be my Weapon" que je compte comme un nouveau petit classique...

    Signe de la générosité du bonhomme voire de son côté désabusé côté business, il a mis en libre téléchargement ses albums en qualité MP3 à l'exception des opus allant de "41" à "Whenever...", surement des questions de droit. C'est sur son site "http://psychospecificmusic.com/"

    DF ne demande en contrepartie qu'une donation libre ou un achat de disque en soutien sans bloquer pour autant le téléchargement. Donc de bonnes raisons de soutenir le bonhomme vue, disons, sa précarité actuelle.

    Le disque sous son nouveau pseudo Wendell Davis fait l'objet d'une sortie physique mais à priori en auto-diffusion (peut-être que Talitres s'en mêlera pour la France). On peut aussi lui adresser un mail, il réponds volontiers!

    Comme tous les amateurs de la première heure qui ont été chavirés en écoutant "41" via Lenoir, j'aimerai beaucoup revoir DF en Europe sur scène mais je ne sais pas si une nouvelle opportunité comme celle de la sortie des albums sur Talitres se présentera. Donc, soutien inconditionnel au bonhomme, toujours actif côté écriture, en attendant des jours meilleurs.

    Autre rescapé des années indie, Mark Eitzel, après un infarctus en 2009, un nouveau split d'AMC, a sorti cet automne un nouvel album solo (mais accompagné) qu'on dit remarquable...

    Et encore une fois...BRAVO pour ton blog!

Les commentaires sont fermés.