Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blackout Beach

Appeler son nouvel album "fuck death" pose déjà son bonhomme dans la catégorie des doux dingues hermétiques au succès. Le doux dingue en question c'est Carey Mercer, tout seul comme un grand sous le patronyme de Blackout Beach. On le connait plus (cela reste relatif) en tant que leader de Frog Eyes ou en compagnie des autres barjots de Dan Bejar (Destroyer) et Spencer Krug (Wolf Parade). Les chansons de Mercer sont comme leur maître, boulimiques, pas une idée n'est écartée, toutes les mélodies sont soumises aux plus vicieuses expérimentations. Fuck Death ne fait pas exception, l'album exige patience, interpelle, parfois on est carrément largué, entre chansons trop courtes (tout est dit en 2 minutes) et trop longues (comment résumer tout Pink Floyd en 13 minutes).Au final, un Blackout Beach nous sort un album sombre, émouvant (la voix de Mercer y fait beaucoup), certes imparfait mais qu'on écoutera souvent à l'instar de skin of evil, son oeuvre précédente.

 

Blackout Beach "Beautiful Burning Desire" by DOJAGSC

Les commentaires sont fermés.