Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Compulsion

    J'étais jeune, j'étais beau, je sentais....la sueur et la bière tiède, ça a tangué, à droite, à gauche, mais je maîtrisais mon équilibre, un mur de poussières, 4 irlandais aux cheveux peroxydés, un putain de son, des tentatives de mélodies noyées sous les guitares, mais mes oreilles resistaient. Non, franchement, tout allait bien en ce jour d'été (94 ? 95 ?) où les irlandais de Compulsion, bourrins de premier choix déboulèrent sur la scène de la route du rock, qui en quelques minutes me firent bondir dans tous les sens, avant qu'une demi-tonne d'irlandais me tombent sur la tronche, docs en avant. Un grand souvenir, quoi.

     

     

     

  • Marion Brown

    Je suis très loin d'être un spécialiste du jazz, une musique qui me fascine autant qu'elle me fait peur, tant elle nécessite de ma part une attention que mes oreilles élevées au punk le plus basique ne sont guère préparées. N'empêche, je me suis accroché et maintenant, j'entrevois al lumière au(x) son(s) de Coltrane, Mingus et autres. Et parmi les autres, Marion Brown, saxophoniste, musicien phare de la scène free-jazz des années 60-70 aux côtés de Coltrane  et Archie Shepp. Marion Brown vient de nous quitter à l'âge honorable de 79 ans, et à part quelques blogs et site spécialisés, rien, pas un hommage, pas un entrefilet ou presque. Ce matin, me rendant au taf, avec mon vieil auto-radio qui ne capte que les pires radios de France, entendre parler de la mort de Paul le Poulpe comme si c'était l'évenement de la semaine, j'ai eu comme une envie de meurtre, de me flanquer en vrac contre la rambarde de sécurité. Puis, non, je suis là et je vous laisse quelques minutes avec le grand Marion Brown :

     

     

  • Fugazi

    Ca commence comme chez Nagui, tout le monde tape dans ses mains, plus ou moins en rythme mais déjà quelques coupes de cheveux, quelques torses nus auraient du nous donner quelques indices, on n'est pas à taratata, non, on est avec Fugazi qui balance live son "waiting room" morceau d'ouverture de l'excellent 13 songs.