Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Drive Blind

    Je viens enfin de comprendre que je pouvais savoir grâce à des stats bien discrètes le nombre de visiteurs de ce blog.

    Quelques remarques :

    -Ma vie lamentable connaît un succès que je qualifierais de modeste !

    - Mon option "chez moi, c'est comme Youtube, mais en mieux" n'est pas couronné de succès, Youtube étant largement plus consulté que ce site, comme quoi, les best of, ça marche pas terrible.

    - J'ai pété les scores le 23 juin, va savoir pourquoi, c'était même pas mon anniversaire

    - Vous êtes un paquet à être fan de Sloy ou alors j'en suis le dernier à en parler, en tous cas, c'est eux qui attirent le plus de monde vers mon blog

    - Comme je suis un gros malin, je retente ma chance avec un autre groupe français (nimois précisement) de noise rock, Drive Blind, auteur d'un seul album, "be a vegetable". ok, j'ai paumé leur cassette, je ne m'en souviens plus très bien et je ne suis pas sur d'avoir le courage de m'y repencher. J'ai juste le vague souvenir de les avoir vu sur scène en 1ère partie de Sloy et d'avoir beaucoup apprécié, sans doute après moultes bières et en attendant Sloy.

     

    Allez hop, un extrait, ça dit quelque chose à quelqu'un ?

     

     

     

     

  • Beach Fossils

    J'adore quand un petit groupe plutôt moyen sort une petite bombe à chanter sous la douche. C'est le cas de Beach Fossils auteur d'un sympathique 1er album eponyme mais qui emporte le morceau avec ce daydream parfait. Une voix lointaine à la Jeremy Jay des débuts, une batterie discrète, une ligne de basse efficace et une guitare modeste. Ok, dans 6 mois, ils reprennent leurs études, mais rien que pour ces 2 minutes et quelques, merci Beach Fossils !

     

     

     

  • Mabuses

    A l'aube d'une semaine de boulot à la con, replonger dans sa jeunesse perdue, regretter les espoirs et souvenirs de l'époque, moquer gentiment les déprimes d'alors, se replonger dans ses mabuses  qu'on adorait tant en 1991. Comme nous, on pensait que Kim Fahy allaient bouffer le monde, on ne savait pas que le 2nd album mettrait 16 ans à arriver, un album tellement bon qu'on s'est senti (m)abused d'attendre si longtemps sans nouvelles ou presque. De kicking a pigeon à cubicles, quelques instants d'une jeunesse de plus en plus lointaine.