Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Julian Cope

M'ayant récemment procuré  les versions deluxe de Peggy Suicide et Jehovakill, je décidais donc de passer l'après-midi avec ce grand malade de Julian Cope. Ce mec depuis que je le connais me fout réellement les jetons, m'inspirant à la fois crainte et respect, tant j'ai le sentiment que Julian est un génie fou, il faut entendre ses chansons à la structure classique partir en live au bout de 3 minutes et ses cris frénétiques alors qu'il appartient aux grandes voix de Liverpool (certes, il est né au Pays de Galles). Julian Cope c'est un John Lennon qui aurait rencontré sa Yoko Ono dès 1964, on peut s'attendre à tout, parfois à rien.  Il fait partie de ses musiciens qui ont laché très vite l'affaire, ne rencontrant pas le succès malgré ses merveilleux kilimandjaro et wilder au sein des Teardrop explodes. En solo, idem, il  drague les charts avec World shut your mouth ou my nation underground encore raté. A partir de là, il largue les amarres pour devenir de plus en plus indépendant et obscur, de plus en plus fou avec en point d'orgue son génial "fried".

 

Commentaires

  • Allez bim, 3 questions :
    "Fried", c'est un album ?
    Comment trouves-tu le "20 mothers" ?
    Comment est sa période au sein des Explodes ?

  • Oui
    20 mothers contient quelques excellentes chansons mais c'est un poil moins bien que fried ou peggy suicide

    Quand à Teardrop explodes, les 2 albums sont indispensables

Les commentaires sont fermés.