Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mes indispensables 2009 dernière partie

    Allez hop, on boucle cette année 2009, le tout en vrac :

    En cette année, j'ai également adoré ou beaucoup aimé Califone, Atlas Sound, Andrew Bird, Cold Cave, Blank Dogs, Le Loup, Circulatory System, Sonic Youth et quelques autres mais je dois revenir vers ce qui restera comme l'album de l'année, non pas musicalement, car c'est lon d'être le meilleur, mais comme phénomène à savoir le "merriweather post pavilion" des Animal Collective. J'entends déjà les railleries de certains de mes amis, comme quoi ce groupe n'est qu'une baudruche hype incapable de pondre une vraie chanson.

    Pourtant, 2009 est leur année, car ils ont entrainé dans leur sillon toute une flopée de groupes branchés sur 40 ans d'histoires musicales, que ce soit le psychédelisme, le folk, l'electro ou l'indie-rock, les Animal Collective sont en effet d'immenses partouzeurs, alchimistes à la discothèque semble-t-il infinie, mixant expérimentations vaporeuses et sens de la fête. Avec Animal Collective, on pourrait parler maintenant des petits-enfants du rock, nos gosses en feront un groupe culte.

     

  • Vic Chesnutt

    Vic Chesnutt est un beau salaud. Non seulement, c'est l'époque où tout le monde doit être heureux et optimiste, c'est aussi quand Obama justifie enfin le mouvement d'espoir qu'il avait engendré en réussissant à passer sa loi sur la couverture médicale aux Etats-Unis et encore pire, c'est en plein dans ma revue quotidienne des skeuds à posséder en 2009 que Monsieur Chesnutt décide de larguer les amarres, fatigué d'une vie de galères, de douleurs, plombé financièrement par des soins médicaux inaccessibles et un succès qui restera toujours à la porte. Donc, oui, Vic, tu fais chier, parce que je sens déjà les vautours qui vont se jeter sur ton handicap et ton pessimisme dépressif, on va ressortir les poncifs sur l'artiste maudit, alors que, moi qui t'ai vu plusieurs fois sur scène, je n'y voyais qu'humour féroce, colère ironique et une putain d'humanité que seuls les grands possèdent. Une quinzaine d'albums, une bonne moitié d'indispensables, des souvenirs à la pelle.....Vic Chesnutt s'est suicidé, ça fait chier, point.

     

  • indispensables n°7

    En 2009, j'ai également beaucoup écouté Mi & l'au et leur émouvant "good morning jokers", surtout en ce moment où leur grâce et leur retenue me font le plus grand bien.