Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Robert Wyatt

    Juste 3 p'tites chansons pour prouver que Robert Wyatt est un génie et que je deviens vraiment une feignasse. De toute manière, rock bottom doit être le seul album que je me refuse d'écouter si ce n'est en étant seul et en fermant ma gueule, limite religieusement, de peur qu'un eternuement ou un claquement de doigt me pousse au meurtre pour faire taire l'opportun, oui, j'aime Wyatt et son rock bottom à ce point !

     

  • Hope sandoval & the warm inventions

    Publicité :

    Aujourd'hui sort le nouvel album de Hope Sandoval (ex Mazzy Star) & the warm inventions. Vous pouvez ci après entendre le 1er single "Blanchard" extrait donc de "through the devil softly".

     

    o2384114.jpgBon, je l'ai à peine écouté, mais j'ai tendance à suive la belle Hope les yeux fermés (c'est une image, parce que là, si elle passait devant moi, j'aurais des yeux comme des soucoupes !).  Dès ce 1er single, je sais que Hope est la solution à tous les problèmes hivernaux puisqu'elle me poussera à rester sous la couette, ensorcelé par cette voix magique.

     

     

     

     

     

     

  • LFO

    Warp, depuis le temps que je devais vous en causer, fut donc créé en 1989 à Sheffield par Steve Beckett et Rob Mitchell, en pleine période baggy. Les rockers découvrent les boites de nuit, l'ecstasy fait voir de drôles de couleurs aux tristounets indie kids et l'electro fait un retour éclatant dans les musiques intelligentes et savantes mais qui cartonnent. Warp est à fond dans le mouvement avec les excellents Nightmare on wax et surtout les fantastiques LFO. Leur tout 1er album, Frequencies, fut le 1er album de chez warp que je me procurais, et l'un des rares albums electro qui ne bougent pas avec les années, malgré ses bientôt 20 ans. Bon, ok, je sais que mes lecteurs assidus ne sont pas habitués à ce genre de musique mais essayez jusqu'au bout, y a comme une page d'histoires musicales qui s'écrivait à cette époque.