Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Echo and the Bunnymen

    Je me barre en WE, petit voyage breton, donc, les aminches, pas de nouvelles notes pour cette fin de semaine. Pour que vous surviviez à  ce manque, je vous propose  une des plus belles chansons du monde par le roi des branleurs et son gang de liverpudliens

     

     

     

  • Peter and the wolf

    Je vais commencer par la chanson :

     

     

    L'album s'appelle lightness, j'ai galéré pour le trouver mais si vous cherchez bien, ça devrait pouvoir encore se faire, vous avez intéret d'ailleurs, car, quand on ya gouté, on ne peut plus s'en passer.

    Puis avec un peu de chance, vous vous procurez ses autres albums "the ivori palms" ou "experiments in junk".

    Sinon, je ne sais pas grand chose de ce Peter and the wolf, qui en fait s'appelle Red Hunter, je ne suis même pas certain qu'il ait un loup. Tout ce que je sais c'est qu'il compose des chansons folk, pop à chaque coin de rue et qu'à chaque fois, il touche au but. Sur son album "lightness", à 16 reprises, avec sa guitare, son ukulélé, il vous emmène de sa voix jeune mais déjà pleine d'expériences diverses, et alcoolisées sur des rivages inconnus teintés d'Amerique Profonde, d'alcool frelaté et de filles mystérieuses.

    681159.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • The Kills

    Bon, 2 billets gratos, une baby-sitter gratos également et 2 plombes sans les gosses, finalement on a été voir les Kills. Je passerais rapidement sur la première partie, un groupe local dont je n'ai même pas compris le nom, rarement entendu un truc aussi nul, le chanteur habillé chez la redoute mode été 84 balançant du "big applause et big up" toutes les 30 secondes. Une phrase à retenir quand même "vous êtes chauds comme des salsifis !"

    Passons au plat principal, les Kills, y a pas à dire ils sont super beaux et sexy. Les Kills sont un duo américain, un gars, une fille. 3 albums au compteur plutôt agréable mais avec la fâcheuse tendance à plomber chaque chanson d'une boite à rythme lourdingue qui les empêche de décoller vraiment. Bref, pas mal mais sans plus sur disque.

    the kills 2.jpg

     

     

     

    C'est parti pour une toute petite heure de concerts, rappel compris (y avait pas spécialement de rappel dans le sens originel du terme mais ils sont revenus quand même pour une version grasse de "pale blue eyes" et 2 excellents titres de leur 1er album).
    Sinon, ils ont enchainé surtout les morceaux de leur dernier album, à tel point que j'ai eu l'impression d'écouter l'album sur l'auto-radio de ma voiture avec des voisins un peu bruyants.
    C'est bien d'ailleurs le défaut principal des Kills en concert : une version Ikea du rock'n'roll, je suis en effet sur qu'ils sont sympathiques, qu'ils écoutent les Cramps, Suicide et le Velvet en boucles mais ils en rendent une version si aseptisée, si prévisible (pas foutus d'enchainer 2 titres à la suite sans quelques réglages ni de varier dans le rendu de chaque chanson).
    Bref, du rock'n'roll sans sexe, sans sueur, (sans chansons diront les mauvaises langues).

     

    Une petite video pour vous faitre une idée