Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Comment attirer du monde !

    Je ne me suis jamais remis du magnifique premier album de Sigur Ros.

    Au vue des images qui vont suivre, il va s'en dire que j'espere qu'is nous proposeront pour leur prochaine livraison, la mega package CD + DVD

     

     

     

    A la découverte de ce groupe islandais,  j'ai tellement craqué sur cette voix d'ange, ce son cristallin que j'ai décidé de faire le voyage jusqu'à ce pays des fées et de magiciens. Finalement, le moteur de la R5 a laché sur le périph', depuis d'albums en albums, ce groupe me surprend moins et le voyage et remis sine die mais là, quelque chose m'attire, je ne saurais dire quoi 

  • Débordé

    Moi qui pensais qu'un blog, ça se faisait en 5 minutes, tu parles, je suis à la ramasse complète. Ayant reçu moultes réclamations de mes fans en délire, juste un petit mot vite fait bien fait.

    On va faire court, donc, le meilleur groupe live de ces 5  dernières années, c'est TV on the Radio, les images suivantes se passent de commentaires (ça tombe bien !)

     

     

     

  • John Cale

    D'habitude, je n'aime pas plus que ça les albums live. j'ai comme l'impression de regarder un film sans les images.  Et puis, parfois, on tombe sur un véritable chef d'oeuvre, où on a l'impression d'être au milieu de la sall, limite, le gars, il joue juste pour toi et t'es transporté par des milliers d'emotions, de sensations. 

     

    Là, je vais vous causer de l'immense "fragments of a rainy day season" de John Cale. JohnCale joue seul sur scène du piano ou de la guitare. Cet enregistrement date de 1992, soit peu de temps après "words for a dying" et "songs for Drella", c'est dire si on est loin de la gaudriole. Non, ici, on est dans le recueillement, l'ecoute attentive. Rarement d'ailleurs, il m'a été donné d'entendre un enregistrement live où on sent si fortement l'etat de public, à savoir une ecoute attentionnée limite respectueuse de ce qui se passe sur scène.

     

    Même si, de Paris 1919" à "music for a new society", John Cale a publié de nombreuses merveilles en studio, c'est vers cet album que je reviens le plus souvent. Sa voix n'a jamais été aussi magnifique et ses chansons à nue n'ont jamais sonné aussi bien. Sa version de l'"Hallelujah" de Cohen est la plus pure qu'il m'a été donné d'entendre.

     

    Les images qui suivent ne datent pas de ce concert mais bon, juste pour se faire plaisir